image-augmentation-mammaire-ratee

Augmentation mammaire ratee : que faire ?

Notre blog sur la chirurgie esthétique mammaire souhaite vous en dire plus sur la méthode d’augmentation mammaire ! Cette opération de chirurgie esthétique, réparatrice ou encore reconstructrice utilisent des expanseurs tissulaires et des implants mammaires. Cela peut être une excellente option pour de nombreuses femmes, mais ce ne sont pas toutes les femmes qui sont entièrement satisfaites de cette technique, ou pire encore, la reconstruction ne fonctionne pas en raison de problèmes liés à la pose d’implants. L’anesthésie et l’intervention elle-même peuvent entraîner des complications, comme une infection, des saignements, des hématomes, des altérations de la cicatrisation ainsi que des complications possibles découlant de la pose de l’implant mammaire, comme une rupture ou une contracture capsulaire. Pour ces raisons, il y a différentes options pour aider à reconstituer l’aspect normal de sein normal après une opération de chirurgie ratée. 

 

Quels sont les problèmes les plus courants que les femmes peuvent rencontrer après une chirurgie d’augmentation mammaire ?  

Infections 

L’infection après une opération de chirurgie esthétique peut survenir à tout moment, mais elle est plus fréquente au cours des 3 premières semaines suivant l’intervention. Les signes d’infection comprennent une rougeur de la peau et un gonflement des seins. Les antibiotiques sont utilisés pour traiter l’infection au début, mais malheureusement ce n’est pas toujours efficace. Si les antibiotiques ne guérissent pas l’infection, l’implant doit être retiré.  

Si vous devez réaliser une deuxième opération afin de résoudre ce problème d’infection, vous pouvez vous attendre à ressentir les mêmes effets postopératoires. Pour plus de détails, cet article sur la douleur suite à une augmentation mammaire  peut vous aider à vous y préparer ! 

image-augmentation-mammaire-ratee-infection

Hématomes

Un hématome est une accumulation de sang. Parfois elle se résout spontanément, mais parfois elle a besoin d’être drainée. Pour réduire les risques d’hématome après une augmentation mammaire, ne prenez pas d’aspirine ou d’anticoagulants au moins deux semaines avant votre intervention.

Séromes

Accumulation de liquide autour de la prothèse mammaire qu’il peut être nécessaire ou non d’enlever. Le corps absorbe le sérome et les petits hématomes, mais s’ils sont considérables, un drainage est nécessaire pour la guérison.

Ondulations visibles des prothèses mammaires  

L’enveloppe cutanée restante du sein après une mastectomie peut être très mince et entraîner des « ondulations » visibles de l’implant lorsqu’il n’y a pas suffisamment de tissu couvrant l’implant. Cela peut être particulièrement gênant dans la zone du décolleté. Pour diminuer l’ondulation, la plupart des chirurgiens plasticiens préfèrent placer des implants sous le muscle thoracique pour maximiser la quantité de tissu sur l’implant. Malheureusement, cela crée souvent un mouvement (ou une « animation ») du sein très artificiel lorsque les patientes utilisent leur muscle thoracique – lorsque ce muscle se contracte, il se contracte et se presse sur l’implant et déforme temporairement le sein. Cela ne cause aucun mal et le sein revient à la normale lorsque le muscle se détend, mais cela peut-être gênant en public pour certaines femmes.  

L’animation du sein est un problème difficile à traiter. Plusieurs techniques chirurgicales peuvent être utilisées, souvent en combinaison : la greffe de graisse pour augmenter le rembourrage des tissus mous sur le muscle et l’implant (également la principale méthode utilisée pour camoufler les ondulations de l’implant) ; l’affaiblissement de certains attaches des muscles pectoraux pour que les contractions ne soient pas aussi fortes ; le changement du positionnement de l’implant, de dessous le muscle, sur le muscle (pré-pectoral).  

image-augmentation-mammaire-ratee-contracture

Contractures capsulaires 

Lorsqu’une prothèse mammaire (ou tout corps étranger) est introduite dans le corps, elle crée naturellement une réaction cicatricielle autour du corps, appelée capsule. La contracture capsulaire est une complication possible qui peut survenir à tout moment, elle est causée par le resserrement du tissu mammaire et de la capsule cicatricielle autour de l’implant. Lorsque cela se produit, le sein devient ferme et dur. Cela peut être très douloureux et peut causer une asymétrie mammaire importante. Le traitement chirurgical implique une libération prolongée ( » capsulotomie « ) ou une ablation complète ( » capsulectomie « ) de la capsule cicatricielle, habituellement en conjonction avec le remplacement de l’implant. Il est important de se rappeler que ce n’est pas l’implant qui a durci, mais que la capsule s’est contractée.

Voici les principales raisons de la contracture capsulaire après une opération de chirurgie. Les plus risquées sont énumérées ci-dessous :

  • Une contamination bactérienne, qui peut provoquer une réaction inflammatoire conduisant à la contraction de la capsule.
  • Les implants situés au-dessus du muscle présentent un risque plus élevé de contracture capsulaire.
  • Implants à surface lisse, plusieurs études montrent une incidence plus élevée de contracture capsulaire avec des implants lisses.
  • Une infection postopératoire, la contracture capsulaire semble plus probable après l’infection.
  • Un sérome est une masse non cancéreuse ou un oedème causé par une accumulation de sérum (portion claire de tout liquide corporel) dans un tissu. Avec un sérome, il peut y avoir un risque accru de contracture.
  • Les hématomes provoquent une réaction inflammatoire qui peut entraîner une contracture capsulaire.
  • Le tabagisme diminue le taux d’oxygène dans le sang, ce qui peut retarder la guérison et entraîner une réaction inflammatoire.

Il existe différents degrés de contractures (Baker) :

Grade I : la poitrine est normalement douce et semble naturelle. La contracture est imperceptible,
Grade II : la poitrine est un peu dure mais son aspect est naturel,
Grade III : le sein est dur et sa forme commence à paraître déformée,
Grade IV : la poitrine est dure et complètement déformée. Une certaine douleur peut être associée à ce degré de contracture. 

Douleurs chroniques 

Les causes des douleurs chroniques après la pose de l’implant peuvent être causées par de nombreux facteurs, mais la cause la plus fréquente est la contracture capsulaire. Vivre avec une douleur chronique peut réduire considérablement la qualité de vie. La chirurgie de révision peut aider, mais d’après notre expérience, le retrait de l’implant et la capsulectomie complète sont souvent nécessaires pour un soulagement complet, surtout après une radiothérapie.  

image-augmentation-mammaire-ratee-douleurs-chroniques

Déplacements ou asymétrie de l’implant 

 Il n’y a pas deux seins qui se ressemblent, de sorte que de légères différences seront toujours apparentes, mais parfois les implants mammaires peuvent se déplacer, causant une asymétrie dramatique, même en l’absence d’une contracture capsulaire. La chirurgie de révision peut repositionner l’implant et renforcer la poche qui le soutient pour diminuer le risque de déplacement supplémentaire. Pour en savoir plus sur la révision mammaire cet article peut vous éclairer ! 

Avoir froid 

Le but d’une mastectomie est d’enlever le plus près possible de 100 % du tissu mammaire. Comme déjà mentionné, l’enveloppe cutanée restante du sein après une mastectomie peut être très mince. Cela signifie que dans de nombreux cas, il n’y a pas beaucoup de tissu qui recouvre l’implant. Pour cette raison, et parce que les implants eux-mêmes n’ont pas d’apport sanguin, de nombreuses femmes se plaignent d’avoir froid au niveau de la poitrine. La greffe de graisse peut aider en augmentant la quantité de « rembourrage » des tissus mous sur l’implant ou les implants. Plus d’une séance de greffe de graisse est souvent nécessaire pour une amélioration notable.  

Rupture de la prothèse mammaire après la chirurgie

La rupture d’une prothèse mammaire peut survenir à la suite d’un traumatisme grave ou de l’usure de la surface de l’implant au fil des ans. Si un implant mammaire en gel de silicone se rompt, il est contenu par la capsule environnante ; actuellement, avec l’utilisation d’un gel de silicone cohésif, les chances qu’il migre sont minimes.

Parfois, la rupture de l’implant peut passer inaperçue, mais il y a généralement une diminution de la taille du sein et une altération de la forme, qui peuvent s’accompagner de douleurs ou d’inconforts non spécifiques. Pour diagnostiquer une rupture d’implant, des examens complémentaires tels que l’échographie, la mammographie ou la résonance magnétique sont nécessaires.

Le risque de rupture augmente à mesure que les années passent depuis l’intervention, des études montrent que le risque augmente à partir de la dixième année. Les implants actuels ont une coque plus épaisse et sont composés d’un gel cohésif pour réduire les risques de rupture. En général, à la suite d’une rupture une opération doit être réalisée pour remplacer l’implant, un période de convalescence sera alors nécessaire. L’opération étant identique à la première vous pouvez attendre à connaitre les mêmes effets pour cette deuxième convalescence. Pour plus de détails, consultez notre article sur la convalescence après une augmentation mammaire !

Exposition des implants 

Des problèmes de cicatrisation peuvent parfois survenir après une intervention chirurgie qui peut entraîner une rupture de l’incision ou même une nouvelle cicatrice. Cela peut entraîner une exposition de l’expanseur tissulaire ou de l’implant. Certaines femmes peuvent également voir leur peau s’amincir avec le temps, surtout si elles ont déjà subi des radiations, ce qui peut entraîner l’exposition de l’implant quelque temps après la fin de la reconstruction. 

augmentation mammaire ratee implants

Maladies auto-immunes et maladies du tissu conjonctif

Le système immunitaire aide l’organisme à reconnaître et à combattre les infections et les organismes étrangers ; parfois, notre corps crée des auto-anticorps, c’est-à-dire des anticorps contre nos propres tissus comme s’il s’agissait d’organismes étrangers.

Il existe un groupe de maladies appelées maladies auto-immunes dans lesquelles l’organisme se comporte de cette façon, par exemple le lupus érythémateux, la polyarthrite rhumatoïde et la sclérodermie. De nombreuses études ont tenté d’établir une relation entre les implants en silicone et ces maladies auto-immunes sans trouver aucune preuve.

Cancer du sein suite à une opération de chirurgie

Il n’existe à ce jour aucune preuve médicale prouvant que les femmes ayant des implants mammaires au silicone sont plus susceptibles de développer un cancer, y compris le cancer du sein. Aucune étude n’a établi de lien entre les implants mammaires en silicone et le cancer du sein.

Toutes les femmes ayant des implants mammaires devraient avoir le même protocole de dépistage précoce du cancer du sein que les autres femmes.

Pour connaître les risques potentiels après une augmentation mammaire, cet article peut vous aider ! 

Grossesse et allaitement après une augmentation mammaire

Il n’y a aucune preuve médicale que les implants mammaires interfèrent avec l’allaitement. Cependant, dans la mesure où la chirurgie affecte la fonction ou la sensibilité du mamelon, la lactation peut être altérée.

N’hésitez pas à contacter votre chirurgien plasticien pour toutes interrogations, il sera en mesure de vous donner les meilleurs conseils.